Description
du service

La présence importante d’oiseaux peut requérir des interventions ciblées afin de minimiser le dérangement et les désagréments qu’ils causent. Puisque plusieurs espèces aviaires sont protégées au niveau fédéral par la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs ou au niveau provincial par la Loi sur la mise en valeur de la faune, il est important de bien s’informer et de laisser la gestion des oiseaux considérés nuisibles entre les mains de professionnels de la faune.

ARTÉMIS effectue du contrôle aviaire quotidiennement à travers le Québec. Parmi les espèces pour lesquelles nous avons développé une expertise, notons la bernache du Canada, le goéland à bec cerclé et le pigeon biset. À noter que l’étourneau sansonnet et le dindon sauvage font également partie d’une demande grandissante pour le contrôle aviaire.

Nos méthodes

Voici quelques-unes des méthodes que nous préconisons afin d’effectuer le contrôle aviaire :

  • Sensibilisation auprès du public
  • Suivi des populations
  • Effarouchement
  • Programme de stérilisation
  • Utilisation de répulsifs
  • Marquage et suivi télémétrique
  • Prélèvement d’individus problématiques

Bernache du Canada

Au courant des dernières décennies, les populations de bernache du Canada ont pris de l’expansion dans le sud du Québec, si bien que l’espèce est maintenant considérée indésirable par plusieurs. Les fientes laissées au sol par ces oiseaux posent un problème de salubrité et mènent fréquemment à des plaintes de la part des citoyens. Plusieurs plans d’eau, utilisés à des fins récréatives, peuvent également être contaminés. Au niveau écologique, il a déjà été observé que la présence en grand nombre de ces gros oiseaux très territoriaux peut mener à une diminution de la biodiversité d’un site. Leur comportement agressif, particulièrement en période de reproduction, peut quelques fois représenter un danger pour l’homme.

Goéland à bec cerclé

On estime à plus de 70 000 le nombre de couples nicheurs de goélands à bec cerclé dans la grande région de Montréal. Le goéland à bec cerclé étant une espèce très opportuniste, les déchets comestibles peuvent composer jusqu’à 70% de sa diète. Il n’est donc pas rare d’observer ces oiseaux en grands nombres dans les lieux publics tels que les parcs, les plages et les esplanades. Pendant la période de reproduction, plusieurs goélands nichent également sur les toitures en milieu urbain pour y élever leurs progénitures. Leur présence peut toutefois causer un dérangement important pour le public et leurs déjections peuvent nuire à l’esthétique d’un lieu ainsi qu’à l’entretien des infrastructures.

Pigeon biset

Le pigeon biset est une espèce européenne qui a été introduite en Amérique du Nord au 17e siècle. Comme il s’agit d’une espèce opportuniste qui s’adapte facilement, ses populations ont rapidement pris de l’expansion autant en milieu urbain que rural. De nos jours, la cohabitation entre l’homme et le pigeon se fait parfois difficilement, celui-ci pouvant s’attrouper en grands nombres et nicher dans les bâtiments et sur les infrastructures. Or, les fientes de pigeon sont un vecteur de transmission de plusieurs maladies infectieuses graves, dont l’histoplasmose et la salmonellose. Par ailleurs, une accumulation importante de fientes peut nuire à l’aspect esthétique d’un lieu, avoir un effet corrosif sur certains matériaux et contaminer des produits.